Le nouveau long-métrage du Louis Garrel réalisateur est une comédie tragi-comique. Si la forme est légère, le fond l’est un peu moins. Basé sur son histoire familiale personnelle, il incarne dans son film le rôle d’Abel, un fils inquiet pour sa mère, Sylvie (incarnée par Anouk Grinberg), qui désire épouser un homme alors en prison : Michel (Roschdy Zem). Aidé de sa meilleure amie Clémence (Noémie Merlant), il va tout tenter pour l’en dissuader et tâcher de la protéger. Mais la rencontre avec cet homme va l’entraîner dans une direction inattendue.

Dans la réalité, la mère de Louis Garrel, l’actrice et réalisatrice Brigitte Sy, animait des ateliers de théâtre dans des prisons et épousat un détenu. Attention cependant, Louis Garrel le précise : “ce film n’est pas autobiographique, mais il est très personnel.” Son enfance entourée d’hommes qui sortaient du milieu carcéral lui a permis d’appréhender d’avoir un certain recul et un regard amusé sur certaines situations, qu’il retranscrit dans ses scènes avec beaucoup d’humour. Le film est dopé par des gags qui rappellent les comédies italiennes. L’intrigue évoque les films français de la belle époque, où des gangsters se courraient après sans effets spéciaux, avec pour seule arme des dialogues affûtés.

Le film était présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2022 puis au Festival du Film de Cabourg, en présence de l’actrice Noémie Merlant, qu’on aime découvrir dans ce rôle qui nous l’a fait découvrir sous un jour nouveau qui lui va à merveille.

Louis Garrel a attendu plusieurs années avant de réaliser ce film. Grand bien lui en a pris car c’est une réussite en tous points !

12 octobre 2022 – 1H40 – Ad Vitam

Noémie Merlant est une jeune actrice dont le talent fût vite reconnu. Sous des dehors timides, sa présence, et le mélange de force et de délicatesse qui se dégagent d’elle lui ont rapidement valu de se démarquer. Après plusieurs nominations notamment aux César en 2017, elle reçut une première récompense en 2020 pour son interprétation dans Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, présenté au Festival de Cabourg.

Loin de s’en contenter, Noémie Merlant est également passée derrière la caméra pour réaliser des courts métrages, notamment Shakira en 2019 qui remportera le Prix Spécial du Jury au Festival de Cabourg. C’est à l’occasion de ce tournage qu’elle a fait la rencontre de Gimi Covaci. A l’occasion d’un séjour en Roumanie tous ensemble chez sa famille, et avec l’envie de tourner un nouveau film ensemble, ils décident de réaliser un long-métrage, autobiographique : Mi Iubita, Mon Amour en 2020, dans lequel ils interprètent tous deux leurs rôles, aux côtés des amies de l’actrice : Sandra Codreanu, Clara Lama-Schmitt et Alexia Lafaix. Noémie Merlant y interprète Jeanne, qui part fêter son enterrement de vie de jeune fille en Roumanie avec des amies. Elle rencontre Nino et sa famille. Tout les sépare. C’est le début d’un été passionnel et hors du temps.

Décidé en dernière minute et avec un temps limité, le tournage s’est fait “à la sauvage”, ce qui correspond au sentiment d’urgence de leurs personnages dépourvus dans un pays étranger. Cela exacerbe également les émotions qui se dégagent des personnages. Ils sont filmés à une distance permettant de respecter leur pudeur.

Ce très beau premier long-métrage faisait partie de la sélection officielle à Cannes en 2021 et était également présenté dans la section Panorama du Festival du film de Cabourg.

13 juillet 2022 – 1h35