Pour écrire ce roman, Michiel Heyns -Sud-Africain diplômé de Cambridge et devenu depuis professeur à l’université- s’est basé sur l’existence réelle de Theodora Bosanquet, jeune dactylographe qui a travaillé au service d’Henry James de 1907 à la mort de celui-ci.

Nous suivons ici la vie de Frieda au service du romancier, partagée entre son travail et sa fidelité à son employeur, son affection pour le séduisant Morton Fullerton et son antipathie pour Edith Wharton.

Point commun avec la source d’inspiration de son personnage: leur intérêt pour la transmission de pensée et l’écriture automatique. L’insert de ces “conversations” dans le roman sous forme d’échanges dactylographiés à néanmoins tendance à casser un peu le rythme du récit.

“Profitez de la vie autant que vous le pouvez; c’est une erreur que de ne pas le faire.” Henry James

 

324 pages – Editions Philippe Rey – 21 €