Ce quatrième jour de festival semblait dédié aux films de genre avec la projection en compétition du film fantastique LA PROIE D’UNE OMBRE de David Bruckner, suivi du western THE LAST SON du réalisateur Tim Sutton (Dark Night) avec Heather Graham, Sam Worthington et Colson Baker. L’histoire d’un hors-la-loi âgé victime d’une présage : il mourra de la main de l’un de ses enfants.

Le Festival proposait également aux festivaliers, en partenariat avec la Cinémathèque, de (re) découvrir le chef d’œuvre DE SANG FROID de Richard Brooks, adapté du non moins célèbre roman de Truman Capote.

L’introduction de directeur de la programmation de la cinémathèque Jean-Francois Rauger était passionnante, à l’instar du plaisir de voir le film sur grand écran dans un cinéma.

Place le soir à un film projeté en première dans la nouvelle catégorie du festival “fenêtre ouverte sur le cinéma français” avec UNE FEMME DU MONDE de Cécile Ducrocq avec Laure Calamy, qui a reçu une standing ovation de plusieurs minutes après sa projection en présence de la réalisatrice Cécile Ducrocq et l’actrice Laure Calamy. Elle y incarne Marie, une prostituée qui va tout faire pour fournir à son fils les études dont il rêve. Un très bon premier film que l’interprétation de l’actrice transcende.

Cécile Ducrocq et Laure Calamy