Bill (Wes Bentley), bon père de famille et expert pour une compagnie d’assurance, perd son travail et décide de le cacher à son entourage. Il va néanmoins devoir trouver des solutions pour compenser la perte de son salaire. Mais ne devient pas braqueur qui veut! Son inexpérience dans le domaine, sa gentillesse et son empathie ne vont pas lui simplifier la tâche.

Derrière ce pitch assez simple se cache un très beau film. A la fois drôle et touchant, le réalisateur Saar Klein aborde principalement le vaste sujet de la moralité: lorsque l’on souhaite agir au mieux, on se retrouve face aux contradictions que cela implique. Il le résume lui-même en ces termes: “il faut parfois se salir les mains pour survivre”. Le personnage est incarné avec sensibilité et humour par le brillant Wes Bentley découvert dans American Beauty.

L’esthétique du film est quant à elle un ravissement. Il y a un peu de Terrence Malick dans ce film, et pour cause: il est le mentor de Saar Klein, qui a été nommé pour l’Oscar du Meilleur Montage pour La Ligne Rouge.

Gros coup de cœur!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le réalisateur Saar Klein © Anne-Sophie Rivereau