Jim Mickle était déjà présent au Festival du Cinéma Américain de Deauville l’année passée pour présenter son film We are what we are en compétition. Ce jeune réalisateur pourtant déjà largement habitué aux prix revient dès cette année avec Cold in July, dans lequel il offre à Michael C. Hall, alias Dexter, un rôle “d’homme ordinaire”.

Eté 1989: Richard Dane (Michael C. Hall) abat un étranger qui s’est introduit dans sa maison. Conclusions de la police: état de légitime défense; l’affaire se solde donc par un non-lieu. Et ce qui pourrait être la fin n’est en fait ici que le début. Il va se trouver confronter à plusieurs situations qui vont le mener à définir par lui-même les notions de bien et de mal.

Ce film aborde tout à la fois les thèmes de la vengeance, de la rédemption, de la conspiration, “à l’image d’une compilation”. Mais le tout est réalisé avec beaucoup d’humour, réussisant ainsi à mêler thriller et comédie, à l’instar des films coréens admirés par le réalisateur.

Adapté d’un livre des années 80, la volonté du réalisateur et de la productrice Linda Moran était le film “donne l’impression de regarder un film tourner dans ces années là, et non pas un remake”.

Sa richesse provient notamment de son tempo. Chaque fois que vous pensez avoir trouver le fil conducteur, un nouveau fait survient.

Ce film est également l’occasion de retrouver de grands acteurs: Sam Shepard, qui apporte avec lui les valeurs traditionnelles des cow-boys, mais également Don Johnson, qui fait ici son grand retour au cinéma après une trop longue absence. Et sa scène “d’apparition” dans le film pourrait bien être une scène culte. Il faut savoir que Don Johnson a l’habitude de faire des rêves au sujet de ses rôles, et que c’est précisément l’un d’eux qui lui aurait donné l’idée d’apparaître vêtu ainsi…

On retrouve aussi Michael C. Hall, vu pour la dernière fois dans l’ultime épisode de la série à succès Dexter. Le film s’ouvre ici sur une superbe image de projections de sang. Pourtant, pas de référence ici à son personnage . Le réalisateur explique en effet que, trop marqué par la brillante interprétation de l’acteur d’un croque-mort gay dans l’autre excellente série Six Feet Under, il n’a jamais pu se résoudre à suivre l’autre série qui l’a fait connaître d’un public plus large. Ainsi, de Dexter, vous ne retrouverez que le brillant acteur.

Sortie prévue le 24 décembre 2014.

 

*Citations du réalisateur Jim Mickle et Linda Moran lors de la conférence de presse du 07 septembre 2014, après la projection du film.

Sur scène, le réalisateur Jim Mickle et la productrice du film Linda Moran avant la projection du film en compétition

Sur scène, le réalisateur Jim Mickle et la productrice du film Linda Moran avant la projection du film en compétition          © Anne-Sophie Rivereau

Le réalisateur Jim Mickle lors de la conférence de presse qui a suivi la projection du film

Le réalisateur Jim Mickle lors de la conférence de presse qui a suivi la projection du film © Anne-Sophie Rivereau