The­re­sa et Robert (Debra Winger et Richard Jenkins) ont pas­sé 26 ans à for­mer leur fille unique, Old Dolio (Evan Rachel Woods), à vivre de petites arnaques. Afin de réduire leurs charges, ils vivent dans un local envahi chaque jour d’une mousse rose qu’ils doivent écoper. Old Dolio est dissimulée derrière un grand rideau des grands rideaux de cheveux, le physique noyé dans des vêtements informes. La rencontre avec une jeune femme à son opposé, Mélanie (Gina Rodriguez), rapidement intégrée à leur bande, va tout changer.

Le jeu d’Evan Rachel Woods, qui habite totalement son personnage à l’apparence asexuée, aux prises avec des parents qui ne lui témoignent aucun preuve d’affection, porte à elle seule cette histoire aussi originale que touchante. Très vite le contraste avec Mélanie, jeune femme sexy, sensuelle et ultra-féminine crée un contraste qui vient rompre leur vie monotone rythmée d’arnaques répétitives.


La réalisatrice et scénariste Miranda July n’en ai pas à son coup d’essai, elle avait remporté avec son premier long métrage en 2005, Moi, toi et tous les autres, la Caméra d’Or au Festival de Cannes et l’International Filmmaker’s Award au Festival de Sundance. Elle est une artiste complète qui s’intéresse aux performances, au son (elle a sorti plusieurs albums), à l’image, à l’écriture -son roman Le Premier Méchant a été publié chez Flammarion, en 2015. Elle est également interprète et a crée son propre réseau de distribution de films.

Elle réalise avec Kajillionaire une pépite, un long métrage qui se démarquait nettement du reste de la sélection en compétition du Festival du Cinéma Américain de Deauville mais est malheureusement reparti sans aucun prix. Qu’importe, il aura laissé derrière lui l’impression d’avoir assisté à quelque chose d’extra-ordinaire, un moment de cinéma comme on les aime, quand ressortent tant le génie de son créateur que la beauté des émotions qui s’en dégagent.

Sortie le 30 septembre – 1h44 – Apollo Films

Un célèbre auteur de romans policiers Harlan Thrombey (Christopher Plummer) est retrouvé mort égorgé dans son manoir le soir de ses 85 ans. Pour cette occasion, toute sa famille y était alors réunie. Tout semble indiqué un suicide. Mais c’est sans compter l’intervention de Benoit Blanc (Daniel Craig) mandaté par un mystérieux inconnu pour enquêter sur ce qui pourrait bien être un meurtre.

Le film prend des allures de Cluedo : chaque personnage a un mobile, qu’il s’agisse de sa bien dévouée famille, de son infirmière. Les interrogatoires sont l’occasion de flash back au soir de l’anniversaire, nous montrant tour à tour chaque personne, tous incarnés par un casting cinq étoiles : Jamie Lee Curtis, Tony Collette en hystérique new age, Chris Evans, Michael Shannon ou encore Ana de Armas. Cette galerie de portrait est un véritable festival.

Le réalisateur Rian Johnson a momentanément délaissé les superproductions pour s’initier au style “Agatha Christie”. Cela lui convient aussi bien qu’à Daniel Craig ici dans un rôle à contremploi. Tous relèvent le défi haut la main dans cet exercice de style totalement réussi.