Connie, mathématicienne, arrive à Cambridge, pensant qu’on lui a confié un poste de professeur. Elle se rend compte que des confrères sont là, à qui on a fait la même promesse. Ils sont en fait réunis pour décrypter un code mystérieux et les voilà assignés à résidence. Parmi eux se trouve notamment Arnold, un Américain “sans filtre”, Ranjit de l’université du Caire, Sé, bien connu de l’héroïne, Evelyn, une sommité, et Luke, qui semble être toujours dans sa bulle et arriver d’une autre époque.

Grande amatrice des romans de Jenny Colgan, notamment la série de La petite boulangerie, j’avoue avoir tardé à lire Toute résistance serait futile. En ayant tellement l’habitude de me plonger dans ses feel good books, j’appréhendais un peu le fait que l’auteure s’écarte de ses sujets de prédilection, et aussi que ce nouvel opus ne fasse pas partie d’une série. Enfin, je ne suis pas du tout adepte de fantastique.

Et pourtant, Jenny Colgan transforme l’essai haut la main. Elle s’est beaucoup documentée pour écrire ce roman, mais a su adapter les théories à un style léger. On retrouve son grand romantisme et ses personnages attachants, avec son style léger mais de qualité qui font qu’on ne lâche pas un livre de Jenny Colgan avant de l’avoir terminé/dévoré.

Délicatement, elle profite de ce nouveau thème pour porter un regard sur notre société, sans porter de jugement empirique, mais plutôt pour nous faire voir les choses sous un autre angle.

“Je crois que je veux que ces aliens viennent nous anéantir. Qu’ils nous sauvent de ce ramassis d’idiots que nous sommes visiblement.”

C’est intelligent, souvent drôle, toujours charmant. Encore une réussite !

384 pages – Milady – 7,90€

Quatrième de couverture :

Assistante juridique à Londres, Flora McKenzie était loin d’imaginer qu’on lui confierait un jour une mission à Mure, la petit île écossaise de son enfance. Une île qu’elle a quittée brutalement après la mort de sa mère, quelques années plus tôt.

De retour dans la ferme familiale Flora réapprend peu à peu à cohabiter avec son père et ses trois frères. Elle redécouvre aussi toute la beauté de mure, avec sa côte sauvage et sa longue plage de sable blanc.

Un matin, Flora trouve par hasard le vieux carnet de cuisine de sa mère. De tourtes en gâteaux,  la jeune femme s’en donne à coeur joie, sans réaliser un seul instant que ces merveilleuses recettes sont sur le point de changer sa vie…

 

C’est en Ecosse que nous fait voyager Jenny Colgan dans cette nouvelle série.  On retrouve de nouveaux les éléments récurrents de ses romans :  une jeune femme, célibataire, qui abandonne tout pour refaire sa vie dans un lieu difficile d’accès et préservé, se consacre à la cuisine, rencontre un bel inconnu et est également toujours accompagnée d’un animal de compagnie plus ou moins sauvage.

Le style de l’auteure a évolué au gré de ses publications, et je trouve que dans ce dernier roman, les intrigues sont plus travaillées et les descriptions ont gagné en richesse. Ainsi la scène de Flora dansant en costume nous emporte-t-elle totalement.

Une fois commencé vous ne lâcherez plus ce roman, une bouffée d’air écossais ravigorant, un vrai régal.

Jenny Colgan vit en Ecosse. Elle a déjà écrit de nombreuses comédies romantiques et de délicieuses recettes. Vous pouvez découvrir également la série La Petite Boulangerie du bout du monde et leur suite dont Une Saison à la Petite Boulangerie, ainsi que Rendez-vous au Cupcake café.

459 pages – Editions Prisma – 19,95€


Deuxième opus de l’un de mes auteurs de “feel good books” préféré, Jenny Colgan: la suite des aventures de Polly, installée sur une presqu’île et travaillant dans sa petite boulangerie, accompagnée de son fidèle macareux Neil et de son amoureux américain, Huckle, avec lequel elle vit désormais dans le phare.

Les choses vont cependant s’assombrir pour notre héroïne, quand la boulangerie va changer de propriétaire…

Un peu plus sombre que le premier roman car les difficultés sont ici plus nombreuses, mais l’auteure parvient à se renouveler, avec de nouveaux personnages et des idées ingénieuses. A glisser dans son sac, à poser sur sa table de nuit, à lire.. 🙂

483 pages – Pocket – 8,20€