Projeté en première mais hors-compétition lors du 48e Festival du cinéma américain de Deauville, Blonde est l’une des sortie les plus attendues de l’année. Réalisé par Andrew Dominik, ce film de e-cinéma sortira sur Netflix le 28 septembre 2022. Il aura fallu près de quinze ans au réalisateur de l’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford pour adapter le livre de Joyce Carol Oates paru il y a plus de vingt ans maintenant.

Le livre ne se voulait pas une énième biographie. C’était de l’aveu même de son auteure une fiction autour de son histoire, et qui commence par des scènes extrêmement violentes avec sa mère. Le fil conducteur est la lutte de Norma Jean contre ses démons, prisonnière de son personnage de Marilyn Monroe, à la recherche permanente de l’amour dans sa vie personnelle et professionnelle, courant par là-même à sa perte.

Andrew Dominik a mis ses tripes sans cette réalisation. Le réalisateur s’est évertué à retranscrire le style de Joyce Carol Oates, car ce faux-biopic désormais monument de la littérature est d’une violence inouïe dans son récit des relations de Norman Jean avec sa mère et les hommes. Le réalisateur a pris le parti de la traduire dans des scènes très provocantes, parfois choquantes : beaucoup de nudité, des scènes de sexe qui crèvent l’écran et dérangent, tant par leur inutilité que par l’image de Marilyn qu’elles semblent salir encore et encore. Andrew Dominik, présent au Festival, a d’ailleurs précisé que seul Netflix lui avait finalement permis de produire ce film. A cela s’ajoutent nombres d’effets visuels, alternance entre le noir et blanc à la couleur, et des images à mi-chemin entre le cauchemar et l’hallucination.

Si le film a enfin pu se faire c’est aussi et surtout parce que Ana de Armas -récompensée d’un Prix du Nouvel Hollywood au Festival de Deauville- s’est fondu dans la peau de Norma Jean de façon bluffante. Neuf mois de travail notamment pour gommer son accent. Les reconstitutions des scènes de films cultes, les tenues iconiques recréées, et le casting qui entoure l’actrice -notamment Adrien Brody saisissant en Arthur Miller- contribuent à la construction de ce mastodonte.

L’actrice Ana de Armas et le réalisateur Andrew Dominik au Festival de Deauville © Anne-Sophie R

Le spectateur peut effectivement en ressortir étourdi, sonné ou bien encore écœuré, s’insurgeant que l’on puisse ainsi traiter l’image et le souvenir de cette icône.

Et si finalement le vrai génie c’était justement non pas de réaliser un énième documentaire sur la Marilyn de “Mr President“, mais de susciter l’indignation chez le spectateur qui souhaite la défendre, persuadé d’avoir avoir enfin percé une partie de son mystère.

28 septembre 2022 – Netlfix – 2h46

Comme chaque année avant de connaître le palmarès de cette nouvelle édition du Festival du cinéma américain de Deauville, je vous propose une liste de films projetés en compétition et qui méritent selon moi d’être vus.Il faut en effet avoir conscience que s’ils ne sont pas primés, certains ne seront peut-être jamais distribués en France. C’est donc bien parfois la seule occasion de les voir ici et sur grand écran.

Ainsi samedi 10 septembre vous pourrez découvrir “Montana Story” de Scott McGehee et David Siegel, des habitués du Festival de Deauville. Montana Story était présenté au Festival de Sundance tout comme “Palm Trees and Power Lines” de Jamie Dack, un film dérangeant mais qui permet d’aborder le sujet des prédateurs sexuels sous un angle qui permettra peut-être de sensibiliser la jeune génération à ce danger. Et enfin le surprenant “Dual” de Riley Stearns avec Jaren Gillan et Aaron Paul. Un film d’un cynisme absolu à réserver aux amateurs d’humour très (très) décalé.

A noter qu’au CID seront projetés dans la catégorie Fenêtre sur le Cinéma Français deux films : Falcon Lake, réalisé par Charlotte Le Bon et présenté en sa présence, suivi dans l’après-midi de “La Grande Magie” de Noémie Lvovsky avec Denis Podalydès et Judith Chemla en leur présence et en avant-première.

Dimanche alors que l’on connaîtra les films primés, vous pourrez voir également “War Pony”, tourné dans le Dakota, co-réalisé par le petite-fille d’Elvis Prestley et qui a reçu la Caméra d’Or au Festival de Cannes.

Et bien sûr vous aurez la possibilité de découvrir avant la fin du Festival les films primés : le Lauréat du Prix Fondation Louis Rœderer de la Révélation au Cinéma Morny le matin et le soir vous devrez choisir entre le lauréat du Prix du Public au cinéma du Casino Barrière et celui Grand Prix au Morny.

Lors de la prochaine édition des César qui se déroulera à l’Olympia le vendredi 25 février 2022, l’actrice et productrice australienne Cate Blanchett se verra remettre un César d’honneur, une nouvelle récompense pour sa carrière.

Cérémonie d’hommage à Cate Blanchett en 2013 au Festival du cinéma américain de Deauville © Deauville, on t’aime !

Cate Blanchett n’incarne que des rôles forts qu’elle porte avec son charisme et la qualité de son jeu. Ses choix audacieux et assumés lui ont valu de nombreuses reconnaissances internationales : Golden Globe de la Meilleure Actrice pour Elizabeth en 1999, Oscar du Meilleur Second Rôle en 2005 pour son interprétation de Katherine Hepburn dans Aviator, Coupe Volti de la Mostra de Venise en 2007 pour I’m Not There. Son rôle principal dans Blue Jasmine -de Woody Allen et présenté en avant-première au 39e Festival du cinéma américain de Deauville- lui a valu un hommage lors de ce dernier, ainsi qu’un Oscar de la Meilleure Actrice en 2014. Vincent Lindon alors Président du jury du Festival de Deauville avait ainsi décrit l’actrice : “Vous avez la grâce, l’intelligence, l’élégance, le charme et du goût dans vos choix. Vous avez la classe”. Ces prix décernés en France ont une saveur toute particulière pour l’actrice qui déclarait que “La France et son cinéma ont, depuis mes débuts, eu beaucoup d’influence sur ma carrière. Alors, être ainsi mise à l’honneur chez vous me laisse sans voix”.

A l’affiche en début d’année dans Don’t Look Up sorti sur Netflix, et Nightmare Alley au cinéma, Cate Blanchett vient de terminer le tournage de Tar de Todd Field, inspiré de l’histoire vraie de la première femme chef d’orchestre en Allemagne. Son prochain projet est un rôle dans la série Disclaimer de Alfonso Cuaron, qui sera tournée à Londres.

Cate Blanchett est également l’une des rares actrices à avoir présider des jurys de festivals : Cannes en 2018 et Venise en 2020.

Alors que la carrière de l’acteur américain Johnny Depp subit les contre-coups de ses déboires conjugaux puis judiciaires avec son ex-femme Amber Heard, une nouvelle révélée par Satellifacts va redonner de l’espoir à ses nombreux fans et peut-être lui offrir un nouveau départ. Maïwenn vient en effet de l’engager pour sa prochaine réalisation dans laquelle il incarnera Louis XV. Le long-métrage sera produit par Why Not Productions, qui a déjà suivi la réalisatrice pour son film ADN. Le tournage devrait se dérouler à Versailles cet été.

Johnny Depp était présent au Festival du cinéma américain de Deauville en 2019 ainsi qu’en septembre dernier, cette fois pour présenter City of lies, consacré à l’enquête sur les décès de 2Pac et Notorious B.I.G.. Le film est sorti directement DVD. Maïwenn était quant à elle venue présenter ADN en 2020 dans la catégorie l’Heure de la croisette.

En cette année si particulière, le Festival du Cinéma Américain de Deauville se réinvente. Pour cette 46è édition qui aura lieu du 4 au 13 septembre 2020, le festival va également ouvrir ses portes à deux grands festivals internationaux de cinéma dont le déroulement a été perturbé : le Festival de Cannes et le Festival international du film d’animation d’Annecy. Cette démarche solidaire permettra de découvrir sur grand écran des films inédits

Deux autres nouvelles révélées également ce jour par l’organisation du Festival :
– Vanessa Paradis sera présidente du jury
– un hommage sera rendu à Kirk Douglas, décédé cette année à l’âge de 103 ans.

#deauvilleus #lepublicsystemecinema #deauvilleofficial

A deux semaines de l’ouverture du 45e Festival du Cinéma Américain de Deauville, nous en savons désormais plus sur les talents qui seront présents lors de cette édition anniversaire, ainsi que sur les films projetés.

Le Festival a choisi de donner la part belles aux femmes, actrices et réalisatrices. Ainsi, six des quatorze films en compétition sont réalisés par des femmes.

Les Prix Nouvel Hollywood et Deauville Talent Award seront cette année remis à Sophie Turner (Sansa Stark dans la série “Game of Thrones”) , Geena Davis (rôle principal dans la série “Commander in Chief”, “Thelma et Louise”…) , Sienna Miller, Kristen Stewart. Un sera également remis à Pierce Borsnan, déjà venu à Deauville en 2014.

Ces prix seront remis lors de soirées hommages, suivies de projection de leur nouveau film en avant-première :

Soirée hommage en sa présence le samedi 7 septembre, suivie de la projection du film “Heavy” de Jouri Smith.

– Soirée hommage en présence de Geena Davis le mardi 10 septembre, suivie de la projection du documentaire “This Changes Everything” de Tom Donahue.

– Soirée hommage en présence de Sienna Miller le mercredi 11 septembre, suivie de la projection du film “American Woman” de Jake Scott.

– Soirée hommage en présence de Kristen Stewart le vendredi 13 septembre, suivie de la première française du film “Seberg” de Benedict Andrews.

Femmes à l’honneur, toujours, Catherine Deneuve présidera le Jury, et Anna Mouglalis le Jury révélation.

Catherine Deneuve sera notamment épaulée dans son Jury par Gaspard Ulliel, le rappeur et acteur normand Orelsan, Antonin Baudry réalisateur de “le Chant du Loup” ou encore l’actrice Valeria Gollino prochainement à l’affiche de “Portrait de la jeune fille en feu”.

Les films d’ouverture et de clôture

– vendredi 6 septembre sera projeté en ouverture du Festival “Un Jour de Pluie à New-York” de Woody Allen, en avant-première française. Elle Fanning -qui avait reçu l’an dernier au Festival un Prix Nouvel Hollywood, et Timothée Chalamet, y incarnent un couple d’étudiants dont le week-end en amoureux sera jalonné de rencontres et situations insolites.

Elle Fanning en Conférence de presse au 44e Festival US

– samedi 14 septembre sera projeté en clôture du Festival, “Wasp Network” d’Olivier Assayas qui recevra également le Prix du 45e Festival du cinéma américain de Deauville

Olivier Assayas avait été Président du Jury en 2011. Basé sur des faits réels, “Wasp Network” porte sur les relations entre Cuba et les États-Unis durant les dernières années de la Guerre Froide.
“Olivier applique parfaitement l’adage de Truffaut : un bon film est un film qui a un point de vue sur le monde et un point de vue sur le cinéma. Les deux sont respectés par le cinéaste”, a déclaré le Directeur du Festival Bruno Barde.

Le Prix Littéraire Lucien Barrière sera remis le mercredi 11 septembre à l’écrivaine Rael DelBianco pour son roman A Sang Perdu.

Le Prix d’Ornano-Valenti 2019 est attribué au film “Les Misérables” de Ladj Ly avec Damien Bonnard, Alexis Manenti et Djebril Zonga.

Le Prix récompense chaque année un premier film français, dans le but d’aider à sa connaissance, sa promotion et son exportation. Il est décerné par un Jury de journalistes anglo-saxons et sera remis par le Président de ce Jury Jean-Guillaume d’Ornano.

L’équipe du film sera présente à Deauville afin de recevoir ce prix le samedi 14 septembre.

Aux Nuits Américaines des précédents Festivals va succéder American Heritage, présentant d’anciens films en version restaurée :

Vous pourrez ainsi redécouvrir six films : “Angel Heart” de Alan Parker (1987), “Hal Hartley – The Long Island Trilogy” de Hal Hartley, en sa présence, “L’Incroyable Vérité” (1989), “Trust Me” (1990), “Simple Men” (1992), “Miracle en Alabama” de Arthur Penn (1962) et “Rambo – Firs Blood” de Ted Kotcheff (1982) .

Enfin, le partenaire OCS proposera un marathon Game Of Thrones avec la diffusion d’une saison de la série par jour.