Dans ce long métrage réalisé par Martin Campbell, Jackie Chan incarne un propriétaire de restaurant chinois dans le quartier de Chinatown à Londres. Un matin, sa fille est victime d’un attentat. Dès lors, il n’aura de cesse de retrouver ses meurtriers, des terroristes irlandais membres de l’IRA. Quel lien le ministre incarné par Pierce Brosnan a-t-il avec eux ?

Si le film n’a pas été acclamé par la critique, il n’en est pas moins un très bon film d’action avec tous les critères du genre: cascades, explosions, moments dramatiques, romances… Pierce Brosnan a certes ici un rôle très différent de ceux auxquels l’on est habitués, mais il y est tout autant à son aise.

Un bon moment

Kate est un agent du FBI spécialisée dans les affaires de kidnapping. A l’issue d’une macabre découverte, elle va se retrouver engagée dans une lutte contre les cartels mexicains, aux côtés de Josh Brolin et Benicio Del Toro. Elle devra faire des choix, en composant avec ses principes.

C’est un assez bon film d’action qui comporte deux parties assez distinctes. Très bonne interprétation des trois personnages principaux; Emily Blunt est crédible en agent de terrain dans ce milieu difficile. “Âmes sensibles” attention, le film est violent et comporte plusieurs scènes difficiles.

 

Ruba Nadda avait déjà fait tourner Patricia Clarkson en 2009 dans Cairo Time.

Ce nouveau film entraîne l’actrice dans un thriller: Helen, tout juste veuve, part s’isoler dans le chalet de son défunt mari sur une petite île. Isolée à l’issue d’une tempête, elle retrouve devant elle un homme blessé (Scott Speedman), à plus d’un titre…

La réalisatrice semble n’avoir pas su mêler les différents genres, passant du drame au film d’action sans que l’on comprenne bien ce qu’elle a voulu faire. Et imaginez donc cette veuve qui recueille et soigne un homme blessé par balle, au look de bad boy tatoué juste ce qu’il faut, et taillé dans le marbre… Déjà là on est perplexe. Mais quand le seul vrai rebondissement arrive, on se dit que les ficelles sont vraiment grosses.

 

Hier soir Pierce Brosnan, Olga Kurylenko et la productrice Beau St. Clair (Thomas Crown) étaient présents au CID de Deauville pour présenter The November Man en avant-première.

Peter Devereaux (Pierce Brosnan), ex-agent de la CIA se trouve à assurer la protection d’Alice Fournier (Olga Kurylenko), responsable d’un centre d’accueil pour réfugiés, et dont le témoignage pourrait compromettre l’un des favoris à l’élection présidentielle russe. Mais Devereaux va vite comprendre qu’il a été manipulé…

Répondant aux propos que lui prête le Daily Telegraph selon lesquels il aurait “honte” de son rôle de James Bond, Pierce Brosnan a répondu que “le journal avait déformé ses propos et que son point était plutôt qu’en regardant sa carrière il se disait qu’il aurait pu mieux faire”, et confirme qu’il chéri les années James Bond.

Et précisément dans The November Man, on retrouve bien sûr un Pierce Brosnan qui tire sur tout ce qui bouge sans froisser son costume, mais qui possède une plus grande humanité en ce que Peter Devereaux a des failles: une famille.

En salles le 29 octobre 2014.

Olga Kurylenko, Pierce Brosnan et Beau St. Clair © Anne-Sophie Rivereau

Olga Kurylenko, Pierce Brosnan et Beau St. Clair
© Anne-Sophie Rivereau

Pierce Brosnan  © Anne-Sophie Rivereau

Pierce Brosnan
© Anne-Sophie Rivereau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olga Kurylenko  © Anne-Sophie Rivereau

Olga Kurylenko
© Anne-Sophie Rivereau