Le Festival rend cette année hommage au réalisateur et producteur Michael Bay (Armageddon, Pearl, Harbor…).

Quand des journalistes l’interrogent sur les nouveaux formats de films, le téléchargement etc, il répond que “le cinéma est avant tout une expérience collective. Il est triste de regarder un film seul sur un écran de téléphone ou de tablette”.

S’il a produit plusieurs séries dont the Last Ship, il a ironisé: “pourquoi se priver de faire des films en grand format quand on a cette chance et possibilité ?! “. Mais il reconnaît que les séries permettent de creuser en profondeur les personnages.

Seul bémol, même pour lui obteniez rallonge gestion budgétaires pour des films relèvent de défi. Il y a tout pour les films indépendants et les gros blockbusters, mais c’est beaucoup plus compliqué pour les films du milieu.

Il raconte une anecdote : il s’est retrouvé à “littéralement supplier” pour une rallonge, en étant dans les bureaux de la Paramout, qui étaient en train d’afficher au même moment son nom en lettres géantes… Voilà qui laisse rêveur.