Tom, quinze ans, habite clandestinement avec son père (Ben Foster) dans une forêt près de Portland, Oregon. Expulsés de leur refuge, ils se voient offrir un toit, un travail, un cadre de vie rentrant dans la “norme”. Alors que son père éprouve des difficultés à s’adapter, Tom elle découvre avec curiosité et plaisir cette nouvelle vie. Devra-telle choisir entre sa relation fusionnelle avec son père et l’ouverture sur le monde ?

Le film a été nommé à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et Debra Granik avait été primée à Sundance et Deauville pour son long métrage “Winter’s Bone” en 2010.

Elle soulève ici notamment le problème de réinsertion des vétérans à leur retour au pays. Mais c’est aussi un questionnement sur les normes que la société cherche à imposer et qui ne saurait correspondre à tous. On retrouve ici le même thème que dans “Captain Fantastic” qui avait aussi été présenté en compétition à Deauville. Ben Foster est comme toujours magistral dans ce duo avec la jeune actrice Thomasin Hartcourt McKenzie qui joue avec à la fois une innocence et une maturité bluffantes.