Note : 10/10

Quatrième de couverture :

Alors que Londres se reconstruit après la Seconde Guerre mondiale, deux femmes que tout oppose – l’impulsive Miss Iris Sparks à l’esprit vif et Mrs Gwendolyn Bainbridge, mère et veuve pragmatique – s’associent pour monter une agence matrimoniale, le Bureau du mariage idéal.

Mais leur commerce menace de s’écrouler quand leur cliente, Tallie La Salle, est retrouvée morte : tout accuse le potentiel mari qu’elles lui avaient trouvé. Certaines que la police fait erreur, Sparks et Bainbridge décident de mener leur propre enquête. Elles ne savent pas encore qu’elles vont mettre leur vie en danger.

– Sur votre plaque, il est écrit “entrepreneurs”.

– En effet.

– C’est un terme réservé aux hommes, non ?

– “Entrepreneuses” eût sonné ridicule, non ? rétorqua Sparks.

– Et “entreprenantes” eût prêté à confusion.

Ces deux femmes ont des personnalités et des vies aux antipodes l’une de l’autre. Tandis que Iris a un passé classé “secret défense”, sait se battre et manier les armes, n’a pas la langue dans sa poche et mène une vie personnelle qui aurait été qualifiée de “libre” à l’époque, Gwendolyn réside chez ses beaux-parents dans un quartier huppé de Londres, se bat pour récupérer la garde de son fils et prouver qu’elle n’est pas folle comme ils le prétendent.

Ces collègues vont pourtant rapidement se découvrir des affinités au-delà des apparences. L’enquête qu’elles vont mener les conduira dans différents quartiers de Londres dont certains peu fréquentables, au contact de voyous par fois surprenant.

Je me suis tout de suite attachée aux personnages et ai aimé suivre leurs aventures dans le Londres d’après-guerre. L’intrigue est habillement tricotée (je n’avais pas trouvé le coupable…) , il n’y a pas de longueurs, mais en revanche beaucoup d’humour.

Ce livre est le premier tome d’une série de romans, nous aurons donc la chance et le plaisir de suivre ces deux héroïnes dans d’autres aventures. Le roman est signé Allison Montclair, qui est en fait le pseudonyme d’une auteure anglaise, passionnée par les histoires de crimes et autres intrigues, après avoir lu l’oeuvre d’Agatha Christie et vu tous les James Bond.

Personnellement, le style m’a beaucoup fait pensé à la série des Elizabeth Martin de Ann Granger, qui se déroulent dans l’Angleterre victorienne, à Londres également, et que je vous recommande chaudement.

384 pages – Editions 10-18