En ce troisième jour de festival, alors que le deuil était l’un des fils rouges des films présentés en compétition, les festivaliers ont pu assister à l’atterrissage d’un bel OVNI avec la projection de WE ARE LIVING THINGS de Antonio Tibaldi, avec dans le rôle principal Jorge Antonio Guerrero, récompensé aux Academy Awards pour son rôle dans ROMA de Alfonso Cuarón. Il a également joué dans la série NARCOS. Le film est une jolie découverte, à la fois fantastique et romantique, où quand la délicatesse de “In The Mood For Love” rencontre “La nuit des temps” de Barjavel.

PIG, premier film du réalisateur Michael Sarnoski, était également projeté en compétition. L’histoire d’un homme “chasseur de truffes” accompagné de son fidèle cochon truffier, également son animal de compagnie. Quand sa truie est kidnappée cet ermite, qui vit en reclus dans une forêt de l’Oregon, va devoir se rendre à Portland pour tenter de retrouver sa trace. Un rôle très surprenant mais parfaitement réussi et maîtrisé pour Nicolas Cage dans ce drame aux allures de “Festin de Babette”.

Le grand invité de la journée était Johnny Depp avec une rencontre organisée au CID suivie de la projection de CITY OF LIES de Brad Furman, inspiré de l’histoire vraie de Russell Poole, célèbre pour avoir tenté d’élucider le mystère de la mort des deux stars du rap 2Pac et Notorious B.I.G. Un thriller intéressant et bien mené qui met une fois de plus la lumière sur les nombreux crimes irresolus aux États-Unis, et l’implication de la police de Los Angeles dont les dérivés sont si souvent dénoncées.


L’acteur qui était très attendu dans tous les sens du terme car souvent en retard, s’est montré une fois encore, comme lors de sa précédente venue en 2019, à la fois passionné et passionnant dans ses propos, généreux et disponible pour les nombreux admirateurs et cinéphiles venus l’écouter. Alors comment lui en vouloir.