Morgan Kratz est le réalisateur de la web-série Neurotica vendue à Endemol et qui a déjà généré des millions de vues. Babysitter est son premier long métrage en qualité de réalisateur et scénariste.

Si le fil conducteur est un femme de famille en plein divorce et qui tente de faire face, l’accent est principalement mis sur les liens entre une mère et son fils, “les plus sacrés qui puissent exister” selon Morgan Kratz . Ray est l’aîné, adolescent en pleine crise qui se retrouve pris entre deux feux dans la procédure de ses parents. La jeune femme recueillie par la mère en qualité de babysitter va changer la donne.

Une autre fin était initialement prévue au film, mais qui une fois tournée ne lui semblait plus assez convaincant.

Si le film est bien réalisé dans l’ensemble, et bénéficie d’une photographie et d’une BO très travaillées, c’est une fois de plus la fin qui pose problème. On ne remet pas en question son choix, mais la façon dont elle arrive dans le film, même écueil que dans Day out of Days, également présenté en compétition.

Pour ceux qui verront le film, le réalisateur a choisi cette figure de loup-garou pour ce qu’il représente: un personnage mythique, rageur, qui se transforme en monstre hideux, figure dominatrice en générale masculine.