Chabadabada

Dix-huit heures dans le centre ville ; soudain, les clochent carillonnent cette musique demeurée indissociable de Deauville depuis 1966 et composée par Francis Lai pour le film de Claude Lelouch, Un homme et une femme. Les passants s’arrêtent. Un petit vent de magie souffle sur les villas normandes.

Cette année 2014 a été celle du nouveau succès du réalisateur, Salaud, on t’aime ! dont l’esthétisme vous saisit dès la première minute pour ne plus vous quitter.

Là où certains usent et abusent de musique pour masquer des longueurs, jouent avec la photographie afin de dissimuler un vide parfois abyssal dans le scénario, Lelouch, à l’instar de Stanley Kubrick, les utilisent pour parfaire son message et sublimer son film.

“Salaud, on t’aime!” fait partie de ces quelques films qui auront agi comme un déclencheur.

Et quelle plus belle occasion, pour lancer un site dédié à Deauville, que le 40ème Festival du Cinéma Américain, qui comptera parmi ses jurés -tous d’anciens présidents du jury de ce festival- Claude Lelouch…

Chabadabada